Fatwa du Shaykh Al Azhar, Muhammad ‘Illish Al Maliki sur le Sadl

Fatwa du Shaykh Al Azhar, Muhammad ‘Illish Al Maliki sur le Sadl
(Prier avec les bras sur les cotés)
 
 
 
Fatwa du Shaykh al-Azhar, Muhammad ‘Illish (1) le Mufti des Malikiyyah
d’al-Azhar (2), mort en 1882
 
Extrait de : al-Fath al-’Alii al-Maalik fi-l-Fataawi ‘alaa Madhab al-Imaam Maalik, vol 1, page 104 à 108.
 
 

Qu’Allah bénisse notre Maitre Muhammad, sa famille et ses Compagnons. Il m’a été posé la question suivante :
Louange à Allah qui a fait du Livre (Coran) et de la Sunnah notre voie et les Ulama (Savants) des guides pour cette communauté. Shaykh, peux tu nous donner les preuves sur le fait de laisser les bras sur les cotés pendant la prière (sadl) ?

Es ce une sounna ? A-t-il était rapporté que le Prophète « Paix et bénédiction sur Lui » agissait ainsi ou avait ordonné de prier comme ca ? Es ce un ijtihad (effort intellectuel) d’Ibn Al Qasim (3) (Compagnon et élève de l’imam Malik Ibn Anas (4) et de ces sucesseurs, sans qu’ils ne se basent sur aucune preuve (dalil) de la sounna ? C’est pour cette raison que leurs successeurs ont continué de déclarer que placer une main sur l’autre (Qabd), dans les prières obligatoires (fard) est déconseillé (makruh) ? Ou alors avaient-ils des arguments solides sur lesquels ils se sont basés ? Es ce que c’était parce que le Prophète « Paix et bénédiction sur Lui » était malade à la fin de sa vie, alors il priait comme ca (en Sadl) ? C’est donc pour cette raison que les gens ont suivi cette position et ont abrogé ce qui était pratiqué avant (le Qabd) ? Pouvez-vous nous répondre clairement, avec des preuves solides et des arguments convaincants ? Ainsi Allah vous accordera la joie et bonheur dans le Paradis aux cotés du Maître des fils d’Adam, alayhi salam.

J’ai répondu textuellement ceci :

Louange à Allah, qui nous a donné le Livre et la Sounna, et la foi correcte, le chemin agréé des écoles de jurisprudence sunnites (madhhahib) de nos 4 grands imams (les imams Abu Hanifa, Malik Ibn Anas, As-Shaféi et Ahmad) qui ont sue protéger et conserver la tradition prophétique jusqu’au jour du jugement dernier. Ils ont donné naissance à des successeurs (muqallidun) remarquables, hors du commun, des partisans confirmés de la sounna et de la communauté (Ahl as-Sunnah wa al-Jamaa). Que les bénédictions et la paix soient sur notre Maitre Muhammad, qui a dit : « Quand l’instabilité (fitan) apparaît, avec des innovations et que mes Compagnons sont insultés, alors les savants (‘ulama) doivent combattre avec leur science, s’ils ne le font pas, alors ils seront maudit par Allah, les anges et tout le monde. Allah n’acceptera aucune justice ou aucun effort d’eux. » Et il a dit : « quand le dernier de cette communauté maudira le premier, celui qui cache un hadith aura caché ce que l’Allah a révélé. » Et il a dit : « les innovateurs n’apparaissent pas sans qu’Allah dévoile la preuve de leurs égarements par la bouche de celui qu’Il souhaite parmi Ses créatures. » Et il a dit : « les innovateurs sont les pires créatures parmi la création. » Et il a dit : « celui qui respecte un innovateur aura participé à la destruction de l’Islam. » Et il a dit : « Allah n’accepte pas la prière de l’innovateur, ni son jeûne, ou ces œuvres de bienfaisance (charité), ou son pèlerinage, ou sa umra, ou le jihad, ou ces efforts… » Et il a dit :  » Quand un innovateur meurt, l’Islam triomphe ».

Que la paix et les bénédictions soient sur sa Famille, ces Compagnons, leurs successeurs (Tabi’in), les successeurs des successeurs (Tab’ Tabi’in) et les gens de la sounna, parmi les successeurs des 4 imams (muqallidu). Tu dois savoir que laisser les bras sur les cotés pendant la prière (sadl) est fermement établit dans la sounna. Ca été fait par le Prophète et Il avait ordonné aux musulmans de le faire. De plus, il y a un consensus (ijma’) parmi les 4 imams qu’il est permis de prier ainsi. C’est également connu que leurs successeurs ont affirmé que cela fait parti des connaissances nécessaires de la religion (ma’lum mina d-din bi d-darura). La preuve que cet acte dans la prière (sadl) était la première utilisée et ordonnée par le Prophète, se trouve dans un hadith sélectionné par Malik, dans le Muwatta (5), transmit par Sahl b. Sa’d et accepté par Al-Bukhari et Muslim. Le hadith est le suivant : “On ordonnait aux gens de mettre la main droite sur la main gauche pendant la prière.” La preuve se trouve donc dans le fait que l’on leur a ordonné de placer leurs mains comme mentionnée ci-dessus (qabd), ce qui implique que précédemment ils les laissaient sur les côtés (sadl). Si ce n’était pas le cas, ce serait une instruction répétitive, ce qui est impensable venant du Législateur, « que la paix soit sur lui ». Il est même bien connu que les Compagnons n’auraient jamais pratiqué le sadl s’ils n’avaient pas vu le Messager, « que la paix soit sur lui » faire ainsi car Il leur a ordonné de l’imiter : « priez comme vous m’avez vu prier. » Cette preuve démontre que le sadl est la dernière façon dont le Prophète priait et qu’il avait ordonné à sa communauté de prier ainsi, cette pratique fut alors perpétuité par les Compagnons (Sahaba) et leurs Successeurs (Tabi’in). C’est pour cette raison que l’imam Malik a dit – dans des propos rapportés par Ibn Al-Qasim (son compagnon) dans la Mudawwana de l’imam Sahnun (6) : « Je ne connais pas ca » (en se référant au qabd dans la prière obligatoire (farida)). C’est impossible pour eux de ne pas avoir eu connaissance de la dernière façon dont le Messager, « que la paix soit sur Lui », priait, ou d’avoir tout les deux désobéi au Messager « que la paix soit sur Lui » (en inventant une nouvelle pratique), alors qu’ils sont reconnus pour leur connaissance parfaite de la sounna. L’imam Malik se basait sur la Pratique des gens de Médine dans sa législation, ainsi que sur les hadiths sahih qui ne contredisaient pas la Pratique et le Consensus (Ijma ‘) des juristes de Médine. Il a fait de ces fondements sa méthodologie (madhhab). Quant à la pratique du qabd dans la prière obligatoire, il y a une divergence d’opinion quant à son statut non recommandé (karahah), recommandé (nadab) ou permis (ibahah). Les savants en faveur du qabd, ne sont pas d’accord quant à la façon dont il doit être effectué. Ainsi, selon l’école de Malik, il y a quatre avis là-dessus, qui sont clairement exprimés par l’Imam Ibn ‘ Arafa et d’autres. Parmi ces avis, le plus répandu (mashhur) et accepté par la majorité des successeurs de Malik est ce qui est rapporté par Ibn Al-Qasim dans le Mudawwana : le qabd est déconseillé (karahah), ce qui prouve que le qabd avait été abandonné par les Compagnons et par leurs Successeurs, pour la pratique du sadl. Ceci indique l’abrogation de la pratique légale du qabd. Vous devriez savoir qu’Ibn Al-Qasim appartient à la génération des successeurs des successeurs (Tab’ut Tabi’in), une des générations les plus fantastique, dont l’excellence a été prophétisée par notre Messager bien-aimé, « Que la paix soit sur lui ».

De même, il y a un consensus (ijma’a) quant à l’imâmat, la fiabilité, la précision, l’intégrité, la bonne morale et la rectitude d’Ibn Al-Qasim. L’école Malikite a reconnu qu’Ibn Al-Qasim rapporte de Malik dans le Mudawwana, source prioritaire sur toutes les autres qui la contredise (ex : hadiths). Tous les Imams des autres écoles (madhhahib) ont accepté cet avis du sadl, en disant : « c’est la position de la majorité des successeurs de Malik et c’est l’avis le plus répandu parmi eux ». L’imam Nawawi (à propos du sadl) dit dans son commentaire du Sahih Muslim: « Al-Laith.b. Sa’d est de cet avis. » Al-Qurtubi Al Maliki dit, en commentant également le Sahih : « Le Sadl est renforcé par le fait que le qabd consiste à poser une main sur l’autre lors de la prière, ce qui est interdit dans le livre d’Abu Dawud ». Ach-Cha’rani a dit dans le Mizan : «L’explication de cela – en dehors du fait qu’elle soit quelque chose que le législateur, que la paix soit sur lui, a fournit – repose dans le fait que, pour la personne qui prie, placer ses mains en dessous de sa poitrine le distrait et l’empêche généralement de se concentrer entièrement sur Allah. Dans un tel cas, laisser les bras retomber sur les côtés et se concentrer sur Allah est préférable au respect de la forme. Ainsi, celui qui se considère incapable de se concentrer entièrement sur Allah pendant la prière à cause du qabd devrait de préférence laisser les bras retomber sur ses côtés. » La même chose a été dite par l’imam As-Shafi’i dans son livre Al-Umm’, où il a dit :  » Il n’y a aucun mal à laisser les bras retomber sur les côtés, si l’on ne se distrait pas ». Celui qui se considère capable de respecter les deux conditions devra alors placer ses mains en-dessous de sa poitrine, ce qui est préférable pour lui. Ainsi, les avis des Imams sont unifiés, qu’Allah soit satisfait d’eux.

Vous pouvez ainsi remarquer que la manière dont la question me fut posée ne tient pas compte de l’acceptation des divergences, ce qui doit être unanimement accepté, mais au contraire cette tolérance est rejetée. Vous devez savoir que ceci est une contradiction et un manque de respect, que l’on doit regretter fortement. Quant à la contradiction, il est clair que quand il dit que  » Louange à Allah qui a fait du Livre (Coran) et de la Sunnah notre voie » il déclare implicitement que la position des grands Imams et de leurs successeurs ne font pas partis de cette voie. C’est une déviation Dhahiri (littéraliste). Il se contredit plus tard en disant que « Allah a fait des ulama des guides pour cette Communauté. » Il se contredit de nouveau quand il demande si « c’est un ijtihad d’Ibn Al-Qasim et de ses sucesseurs, sans être basé sur aucune preuve (dalil). » Dans ce cas, après avoir douté des ulama, il les traite comme des traîtres et doutes quant à les classifier d’ignorants ou de transgresseurs. Finalement, il se contredit à nouveau en demandant un avis juridique d’une personne (l’imam parle de lui) qui n’est même pas digne de marcher sur la terre qu’ Ibn Al-Qasim et ses successeurs ont piétiné. Quant à son manque de respect, quand il demande « Es ce un ijtihad d’Ibn Al Qasim et de ces successeurs, sans qu’ils ne se basent sur aucune preuve (dalil), venant de la sounna ? ». Cette supposition suspecte qu’Ibn Al-Qasim ne soit pas un savant (‘ alim), un guide et qu’il a fait un ijtihad au hasard, sans se baser sur des preuves. Il suggère aussi que les fuqaha qui l’ont ensuite suivi aveuglément, étaient ignorants et manquaient de scrupules. Comment est ce possible, si le Messager, « Que la paix soit sur Lui », a dit : « cette religion sera transmis par le meilleur savant (adul) de chaque génération. » Et il a dit : « Ma Communauté ne tombera pas d’accord sur une erreur”. Il y a encore d’autres hadiths de ce genre. Ce manque de respect est aussi envers les autres Imams qui acceptent ce que rapporte Ibn Al-Qasim, qu’ils soient de l’ecole Hanafite, Malikite, Shafi’ite ou Hanbalite. De même, vous devez savoir qu’en manquant de respect à Ibn Al-Qasim vous commettez un grand déshonneur et un scandale. Comment pouvez-vous lui manquer de respect ainsi qu’a ses successeurs ? De plus, Ibn Al-Qasim a juste transmit les mots de Malik dans la Mudawwana comme : « Malik a conseillé de ne pas placer la main droite sur la gauche pendant la prière obligatoire et a dit : ‘ je ne connais pas ca; bien qu’il n’y ait aucun problème quand c’est exécuté pendant les prières surérogatoires plus longue afin de se reposer » Le manque de respect est vraiment envers l’imam Malik. Le hadith du « qabd » a été rapportés par Bukhari et Muslim par la voie de l’imam Malik, qui l’a classé dans son Muwatta; cependant, il l’a jugé non acceptable, selon la transmission d’Ibn Al-Qasim dans le Mudawwana. On donne plus de valeur à la Mudawwana, selon le consensus des gens du madhab, qui à la priorité sur toutes les sources qui le contredisent. Ainsi, on ne se permettra pas de dire que l’imam Malik n’a pas eu connaissance du hadith. De même que personne n’a le droit d’affirmer que Malik a négligé le hadith, car il y a un consensus parmi la communauté quant à l’impossible attribution d’un tel comportement à Malik. Ce consensus fut établis par les Successeurs (Tabi’in), une des meilleures générations. Ces derniers, ont également interprété le hadith parlant du « ‘ alim de Médine » (7) en mentionnant le nom de Malik. Les Successeurs des Successeurs (Tab’ at-Tabi’in) sont également du même avis, d’ailleurs jusqu’à aujourd’hui les savants pensent de même. Ainsi, il n’y a aucun doute à croire que Malik a confirmé l’abrogation du hadith du qabd. Le sadl est donc la pratique original. Ceci est démontré dans ces paroles rapportées dans la Mudawwana où il dit « je ne connais pas », je ne connais pas le « qabd » comme étant une pratique des Successeurs (Tabi’in).

La vraie intention de ces sots est de calomnier l’imam Malik, l’Imam des Imams dans le hadith, le fiqh, le ‘ amal et le wara ‘, selon le consensus des Successeurs (Tabi’in) et ceux qui les ont succédé jusqu’à aujourd’hui. Cependant, comme ils savaient que calomnier Malik est un acte impardonnable, ils ont pris Ibn Al-Qasim comme bouc émissaire pour effectuer leurs stratagème, croyant qu’il n’était qu’un simple homme et qu’ils pourraient être calomnié sans aucun problème. Ca n’est pas le cas, par l’Allah ! Son statut est semblable à celui de l’Imam As-Shafi’i et non loin de l’imam Malik. Comme l’Imam bien guidé Naj’i a dit :  » Si j’avais vu que les Compagnons (Sahaba) faisaient le wudu jusqu’aux poignets, c’est ce que j’aurais fait, alors qu’il est dit, « jusqu’aux coudes ». C’est exactement la même chose, lorsque Malik dit dans la mudawwana rapportée par Ibn Al-Qasim, que le qabd n’était pas recommandé dans la prière obligatoire. « J’ai décidé de ne pas pratiquer le qabd, malgré que le hadith du qabd soit présent dans le Muwatta et dans les deux Sahihs. Mon succès ne dépend de personne d’autre que d’Allah. Je cherche refuge auprès de Lui et c’est vers Lui je me retourne.

Qu’Allah bénisse et accorde Sa paix sur notre maître Muhammad, le Bien-aimé et sur toute sa famille.

Notes :

 

(1) Mufti Muhammad ibn Ahmad Illish : Grand savant malikite égyptien mort en 1882 et enterré à Mugawarin au Caire. Il est l’auteur notamment du livre Manh al-Jalil.
(2) Une des plus grandes universités du monde islamique située au Caire en Egypte.
(3) Ibn al-Qasim :

Abu ’Abdullah ’Abdu’r-Rahman Ibn al-Qasim al-’Ataki (ou al-’Utaqi) grand savant et ascète, le grand savant et Mufti d’Egypte. Il fut un des compagnons de l’Imâm Malik. Il est né en 132 H.
Il fut la source de l’Imâm Sahnun dans la compilation de la grande Mudawwana référence de l’école malikite.
Il était un homme riche mais il a tout dépensé pour la science.
Dans l’école Malikite, il a eu la même position que Muhammad ’ibn al-Hasan ash-Shaybani dans l’école d’Abu Hanifa. Ibn al-Qasim a eu des avis qui ont différé de ceux de son shaykh, Malik.
Ibn Abdul-Barr a dit de lui : » il était un faqih à l’opinion dominante. Il était un homme droit et immuable. »
Il a rencontré Malik après Ibn Wahb et est resté longtemps en sa compagnie (environ vingt ans). Il peut être considéré comme le transmetteur principal de fiqh Maliki avec la Mudawwana.
Il n’acceptait pas les salaires des gouvernants et il disait :  » il n’y a rien de bon dans la proximité des gouvernants. » Il s’était assis avec eux au début, mais il les a abandonné. Il avait l’habitude de considérer qu’avoir un grand nombre de proches compagnons était une forme d’esclavage qui met un qadi en danger de commettre l’injustice et au savant de perdre de son temps.
Asad Ibn Furât a dit de lui: « Ibn Al-qâsim terminait deux fois le Coran entier (deux Khatma) en une journée et une nuit. Une fois, je suis venu à lui et il a délaissé pour la science une Khatma »
Il est mort en 191H/806.
Source : http://www.doctrine-malikite.fr/Savants-malikites_a58.html
(4) Biographie de l’imam Malik Ibn Anas : http://www.doctrine-malikite.fr/Doctrine-malikite_a136.html
(5) Recueil de hadith composé par l’imam Malik
(6) Sahnun :

Abû Saïd Sahnoun Ibn Saïd Ibn Habib Ibn Rabia At-tannoukhî. Sahnoun est son surnom, il s’agissait de le comparer à l’oiseau qui a l’oeil perçant (cet Imâm avait en effet une grande force d’analyse dans les sujets).
Il est né à Kairouan(en Tunisie) en 160 H/777.
A Kairouan, il a pris sa science d’Abî Khârija, de Bahloul Ibn Râshid, d’Ali Ibn Ziyâd, d’Ibn Ghânim, d’Ibn Ashras et d’autres.
Dans d’autres pays, où il a voyagé dés 188 H, il a pris sa science d’Ibn Al-Qâsim, d’Ibn Wahb, d’Ash-hab, de Tulayb Ibn Kâmil, d’Abdellah Ibn Abd Al-hakam, de Sufyân Ibn ‘Uyayna, de Hafs Ibn Ghiyâth, d’Abû Dâwud At-tayâlisî, d’Ibn Al-Mâjishûn, de Matraf et d’autres.
De retour à Kairouan il s’implique à répandre la doctrine de l’imam Mâlik dans tout l’occident musulman. Il a écrit seize volumes de la Mudawanna Al-kubra sur le fiqh maliki.
Il est devenu Qadi en 234H/848-9 à Kairouan sous le gouverneur Aghlabi, Muhammad ibn al-Aghlab.
Il a eu des centaines d’étudiants.
L’imâm Sahnoun disait: « celui qui n’applique pas ce qu’il apprend, sa science ne lui sera pas profitable, au contraire elle lui nuira »
وروي عن سحنون قال : من لم يعمل بعلمه ، لم ينفعه علمه ، بل يضره
Il est mort en 240H/854.
Sahnûn a rapporté le contenu de sa Mudawwana d’Ibn Al-qâsim qui a rapporté de Mâlik.
La Mudawwana de Sahnûn surnommé Al-Mudawwana Al-kubrâ est la première référence de notre école malikite, elle comporte 30200 sujets traités.
Source : http://www.doctrine-malikite.fr/Savants-malikites_a58.html
(7) Hadith : Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit en prévoyant la venue au monde de l’Imâm Mâlik:
Les gens vont aller trés loin avec leur monture, et ils ne trouveront guére quelqu’un de plus savant que le savant de Médine
Source : http://www.doctrine-malikite.fr/forum/Hadith-sur-Imam-Malik-rahimallah_m47476.html

WA ALLAH OUALAM

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Fatwa du Shaykh Al Azhar, Muhammad ‘Illish Al Maliki sur le Sadl

  1. Ping : Fatwa de l’imam ‘Illish sur le sadl en version arabe | Défense de la sounna du Sadl

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s